chapitre 16

Publié le par delville

Contrairement aux habitudes, l'ensevelissement a eu lieu de nuit. Les disciples ont souhaité la plus totale discrétion. Si 'Ali en imposait par sa manière d'être et de pensée, il était loin de plaire à tout le monde. les confréries soufies ont toujours soufferts des exactions de l'Islam orthodoxe. Citons pour exemple Hallaj crucifié en 922 à Bagdad qui approchait le Coran par la Science des Lettres .

De nombreux soufis ont trouvé la mort aux mains d'autorités fanatiques religieuses. Il est à penser que les vérités ésotériques ne sont pas à être divulguées. Les conflits entre les soufis et leurs adversaires sont toujours aussi nombreux. Il est vrai que des exagérations ont eu lieu. Au départ du Soufisme les conflits étaient doctrinaux. De nos jours il s'agit plus de conflits politiques et économiques, avec les dangers d'endoctrinement dans les écoles coraniques. Il reste quand même des vrais soufis anonymes de trés grande richesse spirituelle. Certaines confréries déviantes sont considérées comme de véritables sectes de par leurs comportements exagérés (se rouler dans les braises, flagellation jusqu'au sang...). Un défaut de monothéisme à cause du culte des saints a été condamné par les orthodoxes. Il ne faut pas oublier que le soufisme est un courant ésotérique difficilement accessible qui nécessite un long travail sur soi avec un maître. le recrutement des disciples se fait par cooptation.

'Ali choquait quand il admettait des non musulmans à la récitation du Wird. La prière intérieure n'a ni race, ni couleur ni appartenance ni nationalité. Elle émane des coeurs. Chaque être, dans son silence, prie à sa manière. Quand les participants sont rassemblés en parfaite harmonie, l'Ange qui préside la rencontre sera un intercesseur efficace. La forme terrestre subjective n'a aucun pouvoir. Le notion de pureté de race a pour apanage l'intolérance et le fanatisme. Les voyages, les échanges, les différentes formes de conquètes et de civilisation forment un brassage humain qui ne peut-être qu'intéressant. Par contre, un individu à trés fortes personnalité qui tire profit d'évenements le propulsant au pouvoir devient fondateur de secte ou dictateur d'un pays. On tue au nom de Dieu. On condamne au nom de Dieu. On juge, on argumente, on décide, on détruit au nom de Dieu. A chacun le sien. "Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens" dit Arnaud Amaury, légat du pape, en 1209 perpétrant le massacre des "Albigeois" à Béziers.

La Tradition se perd quand l'instinct de l'homme le pousse à une telle sécurisation de son petit mental qu'il affabule en se voulant le défenseur de sa vérité. La fausse certitude compense les faiblesses par une soif de pouvoir engendrant mythomanie et mégalomanie. On invente des rituels. On s'ingénie à retrouver le "Symbole" à travers paroles, satisfecit, dialogues dont le seul constat est l'art du monologue. Pourtant il y a aussi un nombre infini de personnes qui par leur générosité sont des "pélerins de l'âme.

Comme l'est la coutume berbère, Zohra n'est pas voilée. Un bandeau ceignant le front laisse éclater le regard, élément indispensable de la vie en société. Sans regard la communication est impossible. Les longs cheveux cuivrés par le hénné sont tressés en une natte régulière. Si Zohra n'est pas dans la salle de prières avec les hommes, c'est que les conventions ont la peau dure. Par contre, 'Ali prenait ses repas seul avec elle.

De par son union avec 'Ali

Zohra est un membre influent de la confrérie. Quand on lui parle de cette éternelle jeunesse; elle répond que sa vie est entourée d'anges au sourire permanent. De nombreux disciples lui demandent conseil. 'Ali disait d'elle:

"Elle cultive la Paix en éduquant les coeurs"

Son dikhr est la Fatiha (sourate d'ouverture du Coran) qui englobe toute la Voie en sept versets. Son corps est enveloppé d'un immense châle de coton noir. Quand on lui demande pourquoi elle ne répare pas les franges qui se défont, elle répond que c'est son calendrier de vie. La fermeté de propos est associée à la souplesse de la forme et à la capacité de discernement. Chaque vendredi aprés la prière du soir elle va dans un coin de la zaouïa enlever une pelletée de terre de ce qui sera sa tombe en pratiquant l'Invocation. Quand elle sort, le passant qui remarque cette forme oblongue est saisi par le respect. Il y a des êtres dont la Foi est si forte que nul se permet d'envahir leur vie. Les femmes soufies n'ont pas été nombreuses du moins celle qui eurent une grande notoriété. Quand on connaît le contexte dans lequel elles vivent il faut un courage exemplaire pour survivre. Les femmes soufies prèfèrent donner des conseils dans la vie de tous les jours plutôt que de spéculer sur la doctrine. L'enseignement se transmet par métaphores, paraboles ou adages.

Comprenne qui pourra.

Citons le cas de Rabia al Adawiyya (714,Basra-801), ancienne esclave affranchie , figure majeure de la spiritualité soufie. Elle eut un immense rayonnement notamment dans les condréries ou elle pensait qu'il y avait trop de relachement.

Qu'elles soient célibataires ou mariées les femmes soufies sont le véhicule intangible de la Tradition dans leur environnement.

Au départ le voile est plus lié à une tradition culturelle que religieuse (Le mâle étant propriétaire de sa ou ses femelles). le voile existe dans les traditions juive et chrétienne.

En islam le terme hijab signifie "tout voile placé devant un être ou un objet pour le soustraire ou l'isoler". Le mot hijab est cité six fois dans le Coran.

"Et dis aux croyantes de baisser leurs regards , de garder leur chasteté et de ne montrer de leurs atours que ce qui en parait et qu'elles rabattent leur voile sur leur poitrine..." Coran (XXIV/31)

"O Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles,et aux femmes des croyants de ramener sur elles leurs grands voiles, elle en seront plus vite d'être reconnues et éviteront d'être offensées..." Coran (XXXIII/59)

Pour les fondamentalismes "la femme musulmane observe le voile légal chaque fois qu'elle sort de chez elle c'est l'habit islamique que les textes du Saint Coran et les hadiths des messagers d'Allah ont déterminé sans équivoque...la femme musulmane consciente ne fait pas partie de cette catégorie de femmes sous-habillées que connaît la société moderne, des femmes égarées et déviées de la voie d'Allah... Ces femmes dévoilées et maquillées qui vivent dans la débauche et la corruption morale."

Stricto sensu le voile semble être obligatoire. Tout est question d'interprétation dans les textes sacrés comme la BIBLE et le CORAN. Les versets sont souvent interprétés dans le sens qui convient le mieux.

Commenter cet article