chapitre 1

Publié le par delville

'Aïn Ma'arifa sort de la nuit . Les étoiles qui ont veillé sur la cité sont parties se ressourcer au firmament. Le noir qui s'estompe n'est pas symbole de deuil. Le noir intense rend lumineux l'aura de l'être avançant dans une foi sincère dénuée d'hypocrisie. Un minaret, parmi les nombreux autres, plus important en hauteur qu'en densité spirituelle, émerge du brouillard enveloppant la cité.

'Aïn Ma'arifa naquit sur un site préhistorique. Des vestiges sont encore conservés, notamment une table de sacrifices et deux petites pyramides. Un dolmen est encore visible.

Deux populations s'y sont fixées;La plus ancienne était issue du Tassili est la deuxième se composait des survivants d'une tribu celte qui avait pérégriné en laissant une partie de ses membres en Galice. Les deux ethnies cohabitèrent tant bien que mal en subissant la romanisation et pour finir l'islamisation.

Des antagonismes sérieux existaient entre les deux populations. Le problème fondamental de la prédestination et du libre arbitre a été, est et sera une source de nombreux écrits sans jamais de réponse claire. Le celte se considère comme l'instrument de son destin. Dans cette forme de pensée, tout en entrenant la peur de l'Au dela, c'est le libre arbitre qui prédomine. On va chercher dans les forces de la Nature les moyens de parcourir son existence.

Le musulman est conscient qu'il n'est que le destin de son instrument. Le libre arbitre laisse la place à la prédestination. "Mektoub" 'c'est écrit) n'est pas un signe de fatalité. C'est en suivant scrupuleusement la charia (loi religieuse) que "Allah" se révèle au musulman, (muslim: soumis à Dieu). Il ne s'agit d'être résigné. L'observant fidèle accepte les épreuves pour mieux les surmonter. Les trois formes du monothéisme ont été ont et serons sujettes à la "stricte observance" génératrice de fanatisme et d'intégrisme.

L'invasion arabe islamisa l'Afrique du Nord. C'est un descendant du Prophète Mohammed, Ibn Al Hakim, qui donna le nom de 'Aïn Ma'arifa à la cité. Il préféra la voie de la sagesse tout en suivant la stricte observance.

Ibn Al Hakim était contrarié de voir certains personnages se prévaloir d'une descendance prophétique qui se considéraient comme des ardents défenseurs de la Foi tout en se livrant sur le peuple à des exactions sous prétexte de fautes bégnines. Point n'est besoin de mettre l'homme sous le joug de règles imposées n'ayant rien à voir avec l'esprit réel de l'Islam. La force d'Ibn Al Hakim fût d'être à la recherche de l'Unité dans un esprit de tolérance sans pour cela entraver la liberté d'action et de pensée. Une branche du soufisme venait de naître. Quand le fondateur fût assassiné le régime théocratique reprit force et rigueur. Il y a une importante communauté juive. La cohabition, parfois chaotique, résulte du rôle économique et politique joué par cette complémentarité. Les musulmans riches ou exerçant des fonctions politiques ont toujours eu des conseillers financirs juifs. Ce fait a entraîné de nombreuses jalousies.

La lumière qui se soucie peu des facéties humaines invite le croyant sincère à se prosterner. Elle n'a pas la prétention du sage d'écorce enfermé dans une ignorance dont il ne se rend pas compte. La lumière n'aveugle pas les muezzins (les hommes qui appellent à la prière) , qui de leurs voix en apparente différence, semblables à des rayons vers le Centre rappellent au musulman qu'il est temps d'honorer son Seigneur.

Tu marches dans le labyrinthe encore faiblement éclairé des ruelles du vieux quartier. L'odeur pénétrante des tanneries commence à envahir l'atmosphère. Les bruits s'étirent mollement. Les gens se hâtent lentement. La ferveur incite à franchir le seuil des mosquées afin de fuir l'agressivité de la vie quotidienne. C'est toi, ami cherchant, la cause de ces agressions que tu imputes à ton environnement.

Ne fuis jamais ton état. C'est en le vivant pleinement qu'un imperceptible changement se fera. Evite les pensées de l'imagination.

Dans la foule qui t'entoure, tu devineras, si tu es vigilant, la bienveillante présence d'une invisible main qui te guidera au fond de toi même vers l'hospitalité généreuse de la paix intérieure.

Dans une méditation active écoute dans le coeur de ton coeur le silence sonore qui feme les yeux pour mieux voir, cèle les lèvres pour mieux parler, lute les oreilles pour mieux entendre. Il faut se méfier de nos sens. Ces derniers nous trompent souvent.

La porte basse donnant sur la ruelle invite à se courber en signe d'humilité. Le monde physique est absent de la méditation. Tu viens de pénétrer dans une petite cour. La zaouïa (salle de prières) est faiblement éclairée par une lampe à huile dont les flammes projettent des taches mouvantes sur les murs. L'eau froide de la fontaine emplit le vase d'un instant formé par les paumes des mains réunies, tournées vers le ciel. Les ablutions rituelles ne sont pas qu'une forme de propreté. Elle font entrer dans un monde d'où toute souillure est exclue. Le rituel vivifie ce qui est en nous. Il est là pour pour pallier aux désordres qui nous encombrent.

Le figuier, au centre de la cour, étire ses branches vers le haut. à la recherche de la lumière. Les branches protègent la tombe de Ibn Al Hakim

Avec les autres disciples entre dans le cercle en égrénant sur tes vingt huit phalanges:

"Il n'y a de Dieu que Dieu que Dieu"

Qui se connaît connait son Seigneur

Pardonne moi d'être hésitant, Le chemin qui mène à la Lumière est parsemé d'embûches. Sois le cantonnier de ton destin, bouchant lles trous avec la terre des bosses.

Tout au long du parcours ne marches pas devant ton frère, tu serais un obstacle à sa quête, ne marches pas derrière ton frère c'est toi qui seras dans l'ombre, Afin d'éviter ces deux attitudes, marches à coté de ton frère et laisses toi envahir par l'appel intérieu nous enjoignant d'aller vers l'Unité pour laquelle tant d'hommes perdirent la raison par orgueil et goût du pouvoir. Trop d'âmes quittent leur corps sans jamais l'avoir connu.

Commenter cet article